PRÉSIDENCE : Vincent Beaucher

Baccalauréat en enseignement au secondaire (2004, UdeS)
Maitrise en sciences de l’éducation (2007, UdeS)
Doctorat en éducation (2012, UdeS)
Postdoctorat en éducation (2013, UQTR)

Chargé de cours à l’Université de Sherbrooke depuis 2008. A aussi été chargé de cours à l’UQTR, l’UQAM et Bishop’s.

Président du SCCCUS depuis 2018 et de la FREUQ depuis 2019.

Impliqué dans des conseils d’administration et des comités municipaux à Sherbrooke.

À travers les multiples implications et la vie familiale, les marches en nature et les sorties ornithologiques sont toujours appréciées.

« Être président de mon syndicat et de la fédération, c’est avant tout pour moi une occasion de faire reconnaître le travail essentiel que nous accomplissons en enseignement supérieur, en tant qu’acteurs d’un projet de société fondamental. »

 

VICE-PRÉSIDENCE AU SECRÉTARIAT : André Roy

Maître ès arts anthropologie (1983)
Maître ès arts communication (1989)
Scolarité de doctorat anthropologie (1989-1990)

Responsable de formation pratique au département de communication de l’Université Laval depuis 2002. Spécialités : méthodologie, publicité, nouvelles technologies et cours à distance

Chargé de cours 1989-2002

Consultant en recherche et méthodologie de recherche 1983-2002

Entre deux escapades à son chalet des hautes terres de l’Islet, endroit par excellence pour « écouter le silence », André Roy entretient sa passion pour la bande dessinée et la philatélie.

 

VICE-PRÉSIDENCE À LA TRÉSORERIE : Claudia Zimmermann

M.Sc. en géographie (2000), Université Laval, Québec, Canada/Universität des Saarlandes, Allemagne (cotutelle)

Professionnelle de recherche au Centre d’études nordiques (CEN) à l’Université Laval depuis 2000

Vice-présidente à la Trésorerie du Syndicat des professionnelles et professionnels de recherche de l’Université Laval (SPPRUL-CSQ) depuis 2017

Adepte des activités de plein air (escalade, canot, ski, etc.) et passionnée de la nature

« Le travail des professionnels de recherche doit sortir de l’ombre. Je m’implique, car que je souhaite faire reconnaître notre contribution à l’avancement des sciences. »